Vidéo film intégral

« Maniac » de Shia LaBeouf, feat. Kid Cudi et Cage (vidéo)

Shia Labeouf, on le connait surtout pour ses rôles de jeune con dans la série des Transformers, dans le dernier Indiana Jones ou dans la suite de Wall Street. Des rôles qui lui ont plus valu une réputation d’acteur insipide interchangeable qu’une grosse base de fans. Pour ma part, je suis assez client, le bonhomme parvenant à me rendre plutôt sympathique des personnages qui, sur le papier, ressemblait à de vraies têtes à claques. Mais le sieur Labeouf n’a pas que cette facette d’acteur lisse pour productions lisses qu’il offre au grand public. Il possède également une facette assurément plus intéressante, si l’on en juge par ses aspirations et ses fréquentations.

Il a ainsi mis en image le clip du morceau « I never knew you » pour Cage, un des rappeurs les plus intéressants, les plus talentueux, les plus authentiques mais aussi les plus instables qui soient (le monsieur a fait plus d’un séjour en hôpital psychiatrique, et ses divers albums reflètent de façon assez fascinante l’évolution de son état mental). Les illustrations du dernier album de Cage sont d’ailleurs réalisées par un artiste à l’univers tout aussi intéressant que le sien: Alex Pardee, dont Shia Labeouf est un grand ami et un grand fan.

Plus récemment, l’acteur a également réalisé le clip du morceau « Marijuana » pour Kid Cudi, et surtout celui de « Born villain » pour Marilyn Manson. On peut penser ce que l’on veut du chanteur, mais force est de constater que ses clips sont souvent intéressants, ne serait-ce que visuellement. Et Labeouf y propose en effet une belle galerie d’étrangetés (peut-être même un peu cliché). Il y montre aussi des influences cinéphiliques notables, empruntant son ouverture à « La montagne sacrée » d’Alejandro Jodorowsky.

Certes, avoir des « connexions » avec des artistes intéressants et de talent ne fait pas de vous un artiste intéressant et de talent. Cet indice sur les goûts et inclinaisons de l’acteur peut cependant susciter au minimum la curiosité quant à ses travaux. Sans être transcendants, ces clips étaient plutôt réussis, techniquement maitrisés, mais somme toute assez formatés. La vidéo de « Born villain » en particulier proposait des images fortes et confirmait le penchant de l’acteur pour le violent, le sombre, le torturé.

Un penchant qu’il confirme à nouveau avec son deuxième court-métrage, « Maniac » (il avait réalisé en 2004 « Let’s love hate », une fable pavillonnaire sur le racisme). Devant la caméra, il place à nouveau ses potes Cage et Kid Cudi. Le film s’inspire d’ailleurs d’une chanson éponyme de ce dernier, mais aussi de « C’est arrivé près de chez vous »: même histoire (sauf qu’ici ce sont deux tueurs que suit l’équipe de télé), dialogues en français, jusqu’à un hommage explicite avec une affiche du film dans l’appartement d’une des victimes.

Avec « Maniac » (là aussi un titre qui sonne comme un hommage), Labeouf livre un film un peu plus personnel même si l’influence du modèle belge se fait énormément sentir, en particulier dans la réalisation caméra à l’épaule. Une galerie de meurtres réussis cependant, quelques bonnes idées et quelques beaux plans (la façade de l’immeuble dont les lumières s’éteignent une à une) et une atmosphère assez malsaine dûe au fait que nos tueurs ne sont pas ici des professionnels mais de « simples » psychopates, et surtout à une musique (par Kid Cudi et Dot Da Genius) particulièrement efficace.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Articles et pages les plus consultés

Rejoignez 7 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :